L’art culinaire du japon se positionne entre la modernité et le savoir-faire traditionnel. Contrairement aux autres cuisines du monde, il a su préserver les traditions. Les saveurs d’antan sont encore présentes dans les plats. D’ailleurs, c’est cette authenticité qui séduit les amateurs de cuisine asiatique dans les plats japonais.

Savourer les plats sur le pouce

Au japon comme dans un restaurant japonais à Waterloo, l’esthétique du « manger » est un véritable art. Il est présent dans tous les plats des plus simples aux plus sophistiqués. De par leurs conditions de travail assez rudes, les japonais n’ont pas toujours le temps de rentrer pour manger. Aussi, ils ont pris l’habitude de manger dans les rues. Ce mode de vie est devenu populaire. Il a même instauré une sorte de tradition au Japon : manger sur le pouce. Les assortiments de poissons crus, les légumes marinés, les fritures et les yakitoris se dégustent sur le pouce.

Des plats iodés

De par ses nombreuses îles, la richesse des eaux profite à la cuisine japonaise. Aussi, les fruits de mer sont présents dans la majorité des spécialités culinaires de l’archipel. Les crustacés et les coquillages sont cuits au feu de bois pour dégager une saveur unique. C’est le goût iodé de des plats à base de fruit de mer qui fait l’authenticité de la cuisine japonaise. Les poissons divers se dégustent, quant à eux, crus. En tartare ou en carpaccio, les japonais savent exactement comment garder le goût iodé de leurs richesses sous- marine. D’ailleurs, cette authenticité séduit les fins gourmets du monde, surtout en Europe.

Le thé vert, une institution dans la cuisine japonaise

Comme le vin en Europe, le thé vert figure dans le cérémonial japonais. Il accompagne tous les plats. Cette boisson ancestrale est très riche en catéchine et en chlorophylle. Elle est appréciée pour ses effets relaxants et antioxydants. D’ailleurs, au cours des cérémonies du thé le matcha est torréfié puis mélangé à l’aide d’un fouet jusqu’à l’obtention d’une boisson de la même couleur que le jade. Ce même thé est utilisé pour aromatiser les friandises et les  desserts comme les nama yatsuhashi. Ce thé vert permet également de parfumer les pâtisseries comme les crèmes brûlées, les éclairs ou les barres chocolatées. A vrai dire, le thé vert fait l’authenticité de l’art culinaire japonaise. Il se boit avec tous les repas. D’ailleurs, cette boisson vient rehausser le goût des plats japonais.

Catégories : Cuisine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *